La trésorerie : un des éléments moteur de votre entreprise.

Pour une entreprise, être court en trésorerie c’est vivre en permanence sur le fil du rasoir. Or la plupart des entreprises françaises sont confrontées à deux difficultés notoires qui impactent lourdement leur trésorerie :
La faiblesse des fonds propres
La gestion des délais de règlements clients/fournisseurs

Ceci est particulièrement vrai des PME, mais les grandes entreprises n’échappent pas toujours à ce constat. Or, d’une part renforcer ses fonds propres n’est pas toujours à la portée de l’entreprise, d’autre part le dirigeant n’a pas forcément envie d’inviter au capital de sa société des personnes extérieures. D’où un fort besoin de flexibilité financière pour faire face aux fluctuations importantes du Besoin en Fond de Roulement.

La solution la plus logique semble alors de se tourner vers son pool bancaire. Mais si le marché du financement bancaire présente les atouts de la simplicité et de la souplesse, il est vite limité en raison en raison du risque crédit des contreparties et des techniques de financement utilisées :
Le crédit en blanc est restreint par la faiblesse des bilans et de l’engagement personnel du dirigeant, systématiquement requis
L’escompte est conditionné par l’obtention de papier accepté
Le Dailly est soumis à des contraintes de gestion

Par ailleurs les banques sont dorénavant soumises à des règles strictes d’engagement, encadrées par les directives de Bâle II, et très secouées par la crise financière. En conséquence les établissements bancaires ont tendance à être plus restrictifs sur les conditions d’octroi du crédit, et sur le montant des encours accordés.

Une des solutions est l'affacturage...